DIVAN DU MONDE, 1998 LE CHAPITEAU D'UBU COLONIAL
Vollard à Paris

la presse

« Un drapeau rouge flotte impunément depuis quelques jours sur la gare d’Ivry-sur-Seine. Il a soixante ans d’âge et vient de parcourir quelques milliers de kilomètres, brandi haut par le Théâtre Vollard. » [Le Monde]

l’aventure parisienne

Mis à part Nina Ségamour, le Mariage de Mascarin et Torouze à Elancourt en 1984, Colandie à Beaubourg à l’occasion d’un Festival des îles en 1986, le théâtre Vollard ne s’était pas vraiment produit sur Paris. Ce sont les sérieux ennuis de la compagnie à la Réunion dans les années 9O qui l’ont incitée à trouver refuge en métropole.

Ubu à Stalingrad !

Charlie hebdo s’était fait l’écho d’Ubu Colonial en consacrant 3 doubles pages sur 3 numéros. Paris Quartiers d’Été invita Votez Ubu Colonial sous chapiteau, place de Stalingrad en juillet 95. Il y eut des prolongations et un 14 juillet mémorable au ministère des Dom Tom où les invités médusés furent accueillis par Ubu et Mère Marcelle en personne ! Nous revînmes l’hiver suivant, malheureusement en pleine grève des transports !Emmanuel Cambou s’installa à République dans un bureau prêté par l’Agecif. Pratiquement tous les médias parisiens avaient parlé de nous. Ubu Colonial revint au théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine en septembre 96.

Lepervenche, baudelaire au Paradis

Sur notre lancée, nous avons déménagé Lepervenche à Saint-Quentin en Yvelines. Un plein container de fret ! Hervé Mazelin construisit un vrai-faux chemin de fer et reconstitua une gare de la Grande Chaloupe grandeur nature ! Une navette Sncf amenait le public depuis la gare Montparnasse, une association réunionnaise confectionnait les karis et jouait du séga à l’entracte. Des figurants locaux furent recrutés et il s’en fallut de peu que la troupe ne s’implante dans la région. Mais nous avions d’autres projets, un « Théâtre de l’outre-mer », aussi bien implanté en métropole que dans son Dom d’origine. Lepervenche revint à Ivry l’été 1997 tandis que Xavier Filliol ouvrait un bureau permanent à Montmartre puis au Châtelet, bientôt rejoint par Mireille Payet et Sophie Boulay. Baudelaire au Paradis se joua à La Villette (TILF), au théâtre du Trianon, au théâtre de Vanves.

Kari Vollard, Séga Tremblad, Tropicadero au Divan du Monde

Bernard Fargeau, qui suivait la troupe depuis Votez Ubu Colonial engagea Kari Vollard au Divan du Monde pour l’été 1998. Avec lui nous organisâmes Pigalle Marron, premier festival de l’outre-mer à Paris. Nous revîmes au Divan du 14 septembre au 6 novembre 2000 avec Séga Tremblad, sur l’émigration des ségatiers réunionnais en France. Séga Tremblad fut repris en mars 2001 à la Cartoucherie (TOMA au Théâtre de l’Epée de Bois) puis à Savigny-le-temple. En mars 2002 à Villeneuve-la-Garenne et à Bagnolet. Les parisiens ont donc pu voir une dizaine de nos pièces, celles qui se prêtaient le mieux à l’exportation. Notre public était aux deux tiers parisien pour un tiers domien, ce qui nous satisfaisait. La communauté réunionnaise expatriée nous a fortement soutenu, particulièrement Patrick Nurbel et l’ARCC. Ce sont eux qui préparèrent la restauration réunionnaise de nos spectacles. Nous avons fêté à l’ARCC les 20 ans de la compagnie. Paris nous a aidé à tenir bon de 1994 à 2002.

L’opéra Maraina à Paris

L’opéra Maraina est l’occasion pour le théâtre Vollard de revenir sur Paris. Au théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine en octobre 2008 puis au théâtre Silvia Monfort dans le XVè en juin 2009 où Maraina est filmé. Cette captation sera proposée au public à l’opéra de Massy en mai 2010 à l’occasion des journées européennes Tous à l’opéra ! Le film-documentaire de Marie-Clémence et César Paes "L’Opéra du Bout du Monde" sur les tournées de Maraina notamment à Madagascar en 2007 est présenté en avant première au cinéma Balzac de Paris en mai 2011. Entre temps le décès du grand comédien Arnaud Dormeuil à Paris en novembre 2008 est, symboliquement, l’occasion d’un hommage au Divan du monde le 7 décembre 2008.

L’opéra Chin à Paris

A son tour l’opéra CHIN est présenté au théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine en octobre 2010. Le matin de la première le sénateur réunionnais Paul Vergès ("Chin" dit "Le Chinois" dans l’opéra) préside le Sénat à l’occasion de l’élection du nouveau président et assiste le soir à la représentation en compagnie de Jack Ralite. Le spectacle y est filmé.

 
©Théâtre Vollard 1980-2007 | Mentions légales