1992 - Grève de la faim

14 au 19 septembre 1992 - Barachois, Saint-Denis

Un combat, mais pas une fête

La compagnie est en pleine répétition de Millenium, un spectacle en partie financé par des fonds internationaux, avec des comédiens francophones du Burkina Faso, du Canada, de Maurice, du Maroc, quand les subventions réunionnaises viennent à manquer. On nous dit d’annuler le spectacle. Camille Sudre, le leader de Free-Dom et nouveau président de la Région tient des discours démagogiques et prône la suppression des subventions aux artistes. Deux jours avant il m’avait proposé de prendre en main sa communication à la Région ! Au sortir des émeutes de 1991 le climat est explosif et pour éviter tout dérapage, les comédiens décident de faire la grève de la faim. Ce ne fut pas compris Les médias se déchaînèrent contre nous, l’opinion publique se divisa. La grève commencée à Jeumon ne rencontrant aucun écho nous nous sommes transportés le troisième jour au Barachois, à la vue de tous. Comme cela ne bougeait toujours pas nous nous sommes déplacés le vendredi à la DRAC où nous avons surpris le conseiller théâtre Marc KichenapanaÏdou en train de partir en Week-end.

Dénouement

En redescendant vers le front de mer nous avons croisé Adolphe Colrat qui arrivait de l’aéroport, nouvellement nommé secrétaire général de la Préfecture. C’était un ami, il avait été en poste dans les années 80 et nous appréciait, il prit les choses en main. Enfin la rumeur courut de l’hospitalisation de la comédienne Délixia Perrine. Paul Vergès, Vice Président de la Région, qui dînait en face avec des représentants de l’ANC d’Afrique du Dud dénoua la crise.

Conclusion

Une fois de plus on nous attendait au tournant et les mois qui suivirent virent un déchaînement de haine et d’injures dans le JIR et le Quotidien qui pourtant nous avait soutenu jusque là. J’étais personnellement visé. On vint mettre le feu chez moi. Curieusement un argument développé était que la grève de la faim "n’était pas une tradition créole". Mal leur en prit, depuis on en compte une dizaine par an ! ce fut un traumatisme : le spectacle Millenium ne trouva pas son public et certains comédiens comme Dominique Carrère quittèrent la troupe. Dékixia quant à elle émigra en métropole.

presse grève

PDF - 685.2 ko
Temoignages 8 sept 92, la colère d’Emmanuel Genvrin
PDF - 1.1 Mo
L’Echo 10 sept 92, Vollard Harpagon et l’argent public
PDF - 1.1 Mo
Le Quotidien 14 sept 92 Vollard entame une greve de la faim
PDF - 932.2 ko
Temoignages 15 sept 92, Vollard en greve de la faim
PDF - 1.2 Mo
Le Quotidien 15 sept 92, Une greve de la faim pour vivre
PDF - 406.4 ko
Temoignages 17 sept 92, 4e jour de greve pour Vollard
PDF - 982.3 ko
JIR 18 sept 92, 5e jour de greve, que des promesses
PDF - 322.1 ko
L’Echo du centre 19 sept 92 le theatre Vollard de La Reunion en danger

l’accord

PDF - 763 ko
Le Quotidien 20 sept 92, 500 000 F pour Vollard
PDF - 1.1 Mo
Temoignages 21 sept 92, Accord entre les autorites et la troupe Vollard
PDF - 973.4 ko
JIR 21 sept 92, Beaucoup de bruit pour rien
PDF - 1 Mo
JIR 23 sept 92, Quand la faim justifie les moyens

les suites

PDF - 595.3 ko
JIR 26 sept 92, Le professeur Genvrin pas content du tout
PDF - 1.1 Mo
Le Quotidien 29 octobre 92, une poignee d’acteurs sur le depart
PDF - 867.4 ko
L a Croix 11 janv 93, la longue lutte du theatre Volard
PDF - 853 ko
Les Lettres Francaises, janv 94, La Reunion pari sur la culture
 
©Théâtre Vollard 1980-2007 | Mentions légales