La Mère Marcelle (Rachel Pothin) accueille en fanfare les invités de la garden (...)
1995 - Ubu rue Oudinot

Oudinot, le Ministère ou Secrétariat de l’Outremer est un lieu de mystère et de contradictions pour les Réunionnais. Il sent bon le ministère des colonies, l’Empire français des affiches, des cartes de géographie, des livres scolaires d’autrefois. Un imaginaire dont les malheureux Dom Tom, confettis disséminés, sont les héritiers malgré eux. Cependant les Domiens ne souhaitent pas sa disparition car il faut une institution où se plaindre, où se retrouver car on est entièrement français et entièrement différent. D"année en année le budget est en diminution, mais quand le ministre des DOM TOM débarque dans les îles, c’est l’Etat, la France en personne qui débarque, paré de tous les pouvoirs et de tous les fantasmes. Vu de Paris tout cela est bien évidemment ridicule. Le poste est donné à un petit jeune qui monte dans le parti du pouvoir en place. Il y apprendra le monde, la grandeur pas tout à fait disparue de la France, son universalisme. Cela en fait potentiellement un futur ministre de l’intérieur ou premier ministre. Mais cela n’arrive jamais.

Ubu s’invite au 13 juillet 1995

Souvenir des temps glorieux la tradition veut que la République se fête la veille de la fête nationale, tous les 13 juillet rue Oudinot en présence du Président de la République en personne. Tout ce que compte la métropole de fonctionnaires, d’élus, de petits chefs de l’Outremer s’entasse dans les jardins, s’empiffre de petits fours et assiste à un spectacle folklorique, en général une danse vahiné ou martiniquaise. Tout le monde se retrouve. Alors que la vision que l’on a des DOM TOM sont des masses d’enfants souriants et pieds nus, on y voit de très vieilles personnes noires sages et décorées. En pleine crise de la corruption outremer notre Ubu colonial se devait de s’inviter. Ce fut fait grâce à la complicité d’Adolphe Colrat, aujourd’hui préfet, à l’époque directeur de cabinet de Margie Sudre devenue ministre de la Francophonie de Jacques Chirac. Les hauts fonctionnaires ne sont pas tous coincés. Adolphe est un vieil ami des années 80, qui nous sauva de la grève de la faim en 1992 et nous protégea tant qu’il pu des foudres de la Préfecture. Notre Ubu Colonial, Arnaud Dormeuil, accompagné des ses Nénennes et Nénins s’en donna à coeur joie, accueillant chacun à l’entrée pour distribuer son journal, sa fausse monnaie et des tracts pour aller au spectacle place de Stalingrad. La panique a gagné le public, d’abord intrigué puis gêné et scandalisé. Des policiers en civils, en raison de la venue du Président, ne savaient plus où donner de la tête. Malheureusement Ubu colonial ne put serrer la main de Jacques Chirac. seul échec d’une journée mémorable.

Un Ministre des DOM TOM dans Séga Tremblad

Plus tard dans Séga Tremblad je jouai le rôle d’un Ministre des DOM TOM plus vrai que nature au discours convenu et démagogique. Cette fois la rue Oudinot l’a mal pris. On a des souvenirs de ministres à la Réunion partis au bras de miss ou de journalistes un peu trop jolies. La Réunion, danseuse de la France…

articles de presse

PDF - 557.1 ko
Le Reunionnais 15 juillet 95 Le president honore l’outremer
PDF - 183.2 ko
Le Quotidien 18 juillet 95 Grosse caisse a contre rythme
PDF - 980.7 ko
Le Reunionnais 25 juillet 95 Ubu a colonise Marseille puis Paris
 
©Théâtre Vollard 1980-2007 | Mentions légales